Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Ramadan 2020 : ces traditions des quatre coins du monde arabe

En ce moment, l’intégralité du monde musulman célèbre le mois saint du Ramadan. S’il comporte partout les mêmes impératifs de jeûne et de recueillement, beaucoup de traditions diffèrent selon les communautés et les régions du monde. En voici quelques unes…

Les canons du Liban

Dans plusieurs pays du Moyen-Orient, il est coutumier d’entendre résonner les canons pour signaler la rupture du jeûne en fin de journée. Cette tradition, appelée midfa al iftar, aurait commencé il y a environ 200 ans en Égypte. On raconte qu’elle serait née accidentellement, lorsque le seigneur Ottoman Khosh Qadam, aurait déclenché un tir, lors d’une inspection de canon au coucher du soleil. Si la pratique a disparu en 83 pendant une invasion du pays qui a vu tous les canons confisqués, l’armée nationale l’a fait revivre des suites de la guerre, et elle persiste aujourd’hui, comme dans de nombreux pays du Golfe.

Les lanternes d’Égypte

Chaque année, les Égyptiens accueille le Ramadan avec des fanous, ces lanternes colorées qui symbolisent la joie et l’unité inhérentes au mois saint. Les avis divergent quant à l’origine de cette tradition, mais on raconte qu’elle remonte à la dynastie des Fatimides, et à l’accueil que les égyptiens ont réservé au calife Al-Muʿizz li-Dīn Allah lors de son retour au Caire. Très bien implantées dans la société, on les voit souvent dans les bras des plus jeunes qui parcourent les rues pendant le Ramadan pour récolter des sucreries en chantant.

Les parties de Mheibes d’Irak

Au crépuscule, peu après la rupture du jeûne, des Irakiens de toutes les générations se rassemblent pour jouer au traditionnel jeu du Mheibes, le jeu de l’anneau. Deux équipes s’y affrontent pour essayer de trouver qui est le détenteur d’un anneau caché sur un des participants. Cette tradition continue de vivre malgré les difficultés géopolitiques du pays, gage de son importance culturelle et historique.

Les chants d’enfants aux Emirats

A la manière d’Halloween en Occident, les enfants des Emirats et d’autres pays du Golfe visitent leurs quartiers en tenues bariolées pour récolter des sucreries dans des totebag traditionnels appelés kharyta, entonnant des chants traditionnels qui résonnent dans les rues. On appelle cette tradition haq al laila, et elle a lieu le 15ème jour du sha’ban, le mois qui précède le Ramadan. Elle aussi est partagée par différents autres pays du Moyen-Orient.