Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Rohuna, la parenthèse botanique enchantée d’Umberto Pasti dans le Nord du Maroc

Lorsqu’Umberto Pasti, écrivain italien et horticulteur, visite il y a deux décennies le village de Rohuna, niché sur une colline rocheuse dominant l’océan, au nord du Maroc, il tombe immédiatement sous son charme. Il en est si épris qu’il décide de créer dans ce village de 500 habitants à 60 km au sud de Tanger un jardin magique.

Une véritable oasis de douceur et de poésie en plein cœur d’un paysage désertique qu’Umberto Pasti crée en plantant les graines d’espèces en voie de disparition au Maroc.

“J’ai découvert l’endroit il y a 21 ans. Après une longue promenade, accablé par la chaleur, je me suis endormi sous un figuier. Le sol était stérile et il y avait cinq vieux arbres. Soudain, j’ai aperçu la vue sur la vallée et sur la mer. L’ambiance était solennelle. J’ai rêvé que j’étais un jardin et à mon réveil, je me suis mis à faire des plantations, même s’il n’y avait pas d’eau, pas d’éclairage électrique, rien du tout. Aujourd’hui, ce sont des dizaines de milliers de plantes qui poussent ici.”
Umberto Pasti pour AD

Le jardin est constitué d’une vingtaine de terrasses et d’espaces avec des espèces méditerranéennes et subtropicales du monde entier. Mais la pièce maîtresse est dédiée aux plantes du Maroc : une colline couverte de jeunes forêts et une vallée pleine de plantes à oignons. Umberto Pasti y a planté des lys Madonna, des Dietes grandiflora, ainsi que des iris des Fées, typiques des jardins et des fermes de la région.

 

Il y a, à Rohuna, plusieurs jardins thématiques qui portent le nom de gens qui vivent et travaillent ici. L’un d’eux s’appelle Rachid, prénom du meilleur jardinier d’Umberto. Nous y retrouvons également un jardin anglais et un jardin italien dans lequel poussent les plantes de la jeunesse d’Umberto : l’olivier, le myrte, des agapanthes, des acanthes.

Une tâche herculéenne

Umberto Pasti a dû négocier auprès d’une vingtaine de propriétaires pour acheter le terrain nécessaire. Il voulait planter des ajoncs, des arbousiers, du viburnum, du romarin, des arbres au mastic et des asclépiades. Le sol pierreux et drainé était idéal pour ce projet titanesque. Des tonnes de terre végétale ont été apportées à dos de mules et des kilomètres de murs en pierre sèche ont été construits pour éviter l’érosion. À l’aide d’une sonde, les jardiniers qui accompagnent Umberto Pasti ont également fini par trouver de l’eau à 120 mètres de profondeur. Une trouvaille inespérée.

Aujourd’hui, ce sont six jeunes qui travaillent à Rohuna pour entretenir et préserver cet espace de biodiversité exceptionnel.

Une quête d’harmonie et de cohérence

Même les quelques meubles qu’Umberto Pasti a utilisés pour décorer ces salons à ciel ouvert ont été fabriqués à partir d’arbousiers trouvés sur place, par des artisans locaux qu’il a formés depuis leur enfance pour l’accompagner dans sa quête d’harmonie.