Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Un collectif 100 % femmes au festival de Jazz d’Amman

Dans le cadre du festival de jazz d’Amman, vingt groupes et 77 artistes musicaux de la région vont se produire à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 10 novembre. Coronavirus oblige, les performances seront retransmises en live sur YouTube. Et dans la liste des artistes, il y a un groupe qui a retenu notre attention...

Elles s’appellent le collectif des femmes artistes Jordaniennes. Certes, le nom manque un peu d’originalité, mais le groupe a d’autres qualités dont il peut s’enorgueillir. D’abord, celle d’avoir réussi à se créer une place dans un univers encore particulièrement masculin, comme l’explique Mai Sahli, guitariste et fondatrice du collectif : « Nous avons vécu beaucoup de sexisme. Ils ont dit que nous ne pourrions pas y arriver, ou que même si nous parvenions à créer quelque chose, cela se solderait par un échec », explique-t-elle à The National. « Comme nous sommes des femmes, beaucoup de musiciens masculins ont dit que nous nous disputerions tout le temps et que rien ne serait fait ».

Un groupe hétéroclite

Et pourtant… Aujourd’hui, Mai Sahli est à la tête d’un collectif de 24 musiciennes et chanteuses aux backgrounds et aux inspirations divers et variés : chanteuses, percussionnistes, joueuses de oud, et autres pianistes, venues d’horizons différents, les cafés d’Amman, les centres culturels de Jordanie, le conservatoire pour certaines… Elles se partagent l’affiche et portent ensemble le projet de sortir un album commun, actuellement prévu pour l’année prochaine.

Toutes animées par la même passion, elles dressent également le même constat : la construction du collectif s’est faite “de manière très organique”. Mai Sahli, impliquée de longue date dans la scène locale a simplement activé son réseau et demandé à chacune de venir, d’amener son instrument, et de “voir de ce que ça donne”.

Du talent à revendre

Et il se trouve que ça donne. Avec des talents aussi pointus que celui de la jeune Yara al Nimr (la Jordano-palestinienne est reconnue comme l’une des premières femmes chefs d’orchestre du royaume et a composé des œuvres pour l’Orchestre symphonique national de Jordanie, excusez du peu), le groupe a véritablement pris forme et étoffé son répertoire. Mais comme il revient à chacun de se faire son propre avis sur la question, rendez-vous samedi soir à 20 heures, heure de Paris, sur le live YouTube du compte de l’événement pour découvrir la proposition de ces talentueuses artistes.