Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Une ferme verticale révolutionnaire va s’implanter à Abu Dhabi

AeroFarms, la firme de tech agricole la plus en vue de ces dernières années, déploie en ce moment son concept à travers le monde, avec des projets en Chine, au Moyen-Orient, et en Europe du Nord. Faisons la lumière sur l’implantation de leur “ferme verticale”, prévue en 2021 à Abu Dhabi, aux Emirats arabes unis.

Pas de soleil, pas de sol, mais beaucoup de données. C’est ainsi que l’on pourrait résumer la technologie de ferme verticale mis en place par AeroFarms à Newark, dans le New Jersey (Etats-Unis). Quoique, il serait sans doute réducteur de ne pas s’attarder sur les statistiques environnementales alléchantes revendiquées par David Rosenberg, PDG d’AeroFarms : “Nous sommes proches du zéro déchet et nous utilisons 95% d’eau de moins que l’agriculture traditionnelle”, indiquait ce dernier lors de la Journée mondiale de l’eau, le 22 mars 2020. Si l’on considère que 70% des ressources mondiales en eau vont à l’agriculture et 70% de la contamination de l’eau douce provient de l’agriculture, le concept est alléchant. Ajoutez à cela le fait que les émissions carbone émises par leur forte consommation énergie sont compensées par l’absence de pesticides, herbicides, fongicides et autres lourds engins agricoles, et vous tenez peut-être la recette idéale pour l’avenir de l’agriculture urbaine.

 

 

Idéal pour le Moyen-Orient

Voilà qui n’est pas tombé dans l’oreille d’un pays sourd. Les Emirats arabes unis, friands d’investissement leur permettant de verdir leur modèle économique (l’émirat d’Abu Dhabi a récemment déclarer qu’il mettait 110 millions de dirhams – 25 millions d’euros – à la disposition des entreprises innovantes dans la technologie au service de l’agriculture), sont d’ores et déjà en train de construire leur propre ferme verticale urbaine à Abu Dhabi. Elle ouvrira mi-2021 et suscite déjà beaucoup d’engouement, comme en témoignent les quelques 9000 candidatures reçues par AeroFarms pour constituer sa future main d’oeuvre.

Là où, en général, AeroFarms produit plutôt des “greens”, comprenez de la roquette, des baby bok choi (plante très appréciée dans la cuisine asiatique), et consorts, la compagnie devrait s’engager sur de nouveaux terrains à Abu Dhabi. C’est en tout cas ce qu’a promis son PDG dans un entretien accordé à TheNational.

 

Des enjeux sociétaux plus que commerciaux

Il s’agit avant tout d’un enjeu de sécurité alimentaire. Le nombre de personnes souffrant de malnutrition à travers le monde va croissant, et la pandémie de Covid-19 n’arrange rien. C’est pourquoi réussir à produire davantage de nourriture en utilisant moins de ressources et en occupant une surface moins importante des terres arables, déjà en décroissance, est un enjeu de taille.

De fait, là où l’usine de Newark vend ses produits à des sociétés environnantes (Singapore airlines par exemple, qui se trouve à l’aéroport du même nom, situé à quelques encâblures de la ferme), le site d’Abu Dhabi a davantage vocation, outre celle d’améliorer la sécurité alimentaire, à servir à la recherche. Avec l’aide d’une bourse de 7,5 millions de dollars du gouvernement américain, et l’apport en compétences et en vision d’un consortium d’horizons divers (cultivateurs, généticiens, et équipementiers notamment), la société compte bien développer de nouvelles méthodologies de culture indoor.