Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Les start-ups saoudiennes en opération séduction à Paris

Depuis trois ans, l’Arabie saoudite mise pleinement sur les secteurs de l’innovation et de la technologie dans le cadre de son programme de diversification économique. C’est dans ce contexte que plusieurs start-ups saoudiennes prenaient leurs quartiers au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris ce weekend. Objectif : montrer que le royaume s'affirme comme un acteur majeur de l’innovation et attirer les investissements étrangers.

Le 25 avril 2016, le gouvernement saoudien annonçait en grande pompe ce qui se voulait être une transformation économique majeure : le plan Vision 2030. Son objectif : sortir le pays de sa rente pétrolière en diversifiant son économie. Dans ce contexte, l’Arabie saoudite a fait de la technologie et de l’innovation des catalyseurs essentiels de son ambitieux programme de réformes, avec un objectif : devenir un acteur international de l’innovation.

Trois ans plus tard, à défaut d’être un cador mondial du secteur, l’Arabie saoudite est au moins une référence dans le monde arabe. Sur la liste des « 100 start-ups arabes qui façonnent la quatrième révolution industrielle » établie par le Forum économique mondial en 2019, dix sont saoudiennes. Dans cette liste, seuls la Jordanie (29) et les Emirats arabes unis (21) font mieux.

« Une énorme croissance »

Parmi ces dix jeunes sociétés, Unifonic était présente ce weekend à Paris au salon de la technologie et de l’innovation Vivatech. L’entreprise qui se décrit comme « la plus grande plate-forme de communication en cloud du Moyen-Orient » espérait, dans la capitale hexagonale, « trouver plus d’investisseurs et travailler avec de grands opérateurs » comme l’explique son directeur du génie logiciel, Saud Albazei. « Nous savons que de grands opérateurs téléphonique sont présents (à VivaTech), explique le trentenaire. Nous leur avons parlé pour voir quel type de partenariats nous pouvons faire avec eux. » En attendant de se faire un réseau mondial, la présence d’une start-up comme Unifonic témoigne du renouveau de la scène tech saoudienne depuis quelques années. Et Saud le confirme : « Je peux vous dire, d’après mon expérience dans la télécommunication et la technologie de l’information, qu’il y a eu une énorme croissance dans l’industrie et il y a plus d’opportunités pour les start-up pour innover.”

Saud Albazei
Saud Albazei

HalalaH fait également partie de ce « top 100 » et représentait également le pavillon saoudien à Vivatech, cette année. La plateforme de services bancaires numériques propose « une expérience bancaire intelligente, fun et smart (…) qui vous aide à dépenser de manière plus intelligente et efficace », comme l’explique son directeur du développement Baraa Koshak. Lui aussi est ici pour « les opportunités » et lui aussi acquiesce : « (La scène tech saoudienne) grandit de jour en jour. Plusieurs technologies et innovations apparaissent et c’est très inspirant d’en faire partie. »

« Terre d’opportunités »

Si ces start-ups sont à Paris, ce n’est pas un hasard. La présence de HalalaH et Unifonic dans la capitale française s’inscrit dans un grand programme de promotion de l’innovation saoudienne mené par la fondation philanthropique MiSK. L’institution s’est donné pour mission de « développer la jeunesse saoudienne et lui donner les moyens de participer activement à l’économie régionale », d’après les mots de Deemah AlYahya, directrice générale de MiSK Innovation, la division de la fondation consacrée à l’innovation.

Deemah AlYahya
Deemah AlYahya

L’organisation parraine, pour cette édition 2019 du salon technologique parisien sept jeunes entrepreneurs issue du terroir saoudien. Billets d’avion, hébergements, stands d’exposition… Rien n’est trop beau pour ces jeunes porte-étendards de la « Saudi Tech », pourvu qu’ils décrochent le graal : des partenariats avec des entreprises étrangères ou, mieux, une levée de fonds auprès d’un investisseur. Dans un cas comme dans l’autre, cela fera une belle publicité pour le royaume. « L’Arabie saoudite est une terre d’opportunités, explique Deemah. Et quelle meilleure plateforme que Vivatech pour présenter et évangéliser cette opportunité et inviter des investisseurs étranger à venir. »

« De belles histoires à raconter »

La présence d’un pavillon saoudien attirait en tout cas les curieux durant cette édition 2019 de Vivatech. Parmi ceux-ci, Sébastien Bourguignon, vice-président de Margo, un cabinet de conseil en technologie de l’information. Le dirigeant qui a rencontré personnellement les start-uppers de la délégation saoudienne se dit « agréablement surpris » de découvrir ce potentiel-là dans cette partie du monde.

« J’ai vu beaucoup d’entrepreneurs jeunes motivés et dynamiques qui ont tous des projets en croissance et qui ont niveau de formation et de compétence très intéressant, résume-t-il. On sent une belle dynamique en place, des gens très compétents, le bon niveau d’expertise pour faire de belles chose dans les mois et années qui viennent. » Le Français en est certain : « Il y aura encore de belles histoires à raconter dans les années à venir”.