Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Ces vestiges Babyloniens qui remettent en question l’histoire de la géométrie

Des tablettes d’argile retrouvées près de Bagdad, la capitale irakienne, pourraient bien changer complètement la façon dont nous appréhendons l’histoire des mathématiques.

Aussi loin que les antiquités nous permettent de remonter, c’est maintenant la vente de ce champ, dans l’ancienne Mésopotamie, enregistrée sur une tablette circulaire en argile, qui serait la première trace de géométrie appliquée. Nous sommes alors 3 700 ans en arrière.

La période de l’ancienne Babylone a duré entre environ 1900 et 1600 avant J.-C., et a vu un avancement sans précédent des sujets religieux, littéraires et scientifiques. Nous sommes donc bien plusieurs siècles avant la naissance de Pythagore, le philosophe et mathématicien qui a donné son nom à un théorème de géométrie appliquée aujourd’hui enseigné dans toutes les écoles du monde.

Or, sur la tablette d’argile circulaire où figure le schéma de la parcelle agricole vendue, se trouvent également une série de chiffres complexes connus sous le nom de triplets Pythagoriciens.

Découverte tardive

Si.427 -c’est l’appellation utilisée par les mathématiciens pour désigner la tablette d’argile- a été découverte pour la première fois près de Bagdad en 1894, mais elle a passé plus de 100 ans dans un musée d’Istanbul, ignorée des chercheurs. *

Le vestige constitue une source d’information inestimable sur l’avancée scientifique du peuple Babylonien d’une part, mais également sur ses mœurs et sa manière de diviser et vendre les terrains, à une époque où apparaissaient les premières notions de privatisation.