Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Dawar Kitchen, une cuisine communautaire pour autonomiser les réfugiés et les femmes en Égypte

Cuisiner pour créer du lien social et retrouver de la dignité dans le travail, c’est la mission de Dawar Kitchen, une cuisine sociale et communautaire égyptienne qui propose de la restauration d’entreprises faite par des femmes réfugiées et égyptiennes .

C’est en 2018, qu’est lancée Dawar Kitchen, une cuisine sociale et communautaire qui propose ses services de restauration aux entreprises, ONGS et ambassades étrangères. Située à Ezbet Khairallah, un des plus grands camps informels du Caire abritant près d’un million d’habitants, elle emploie des femmes réfugiées syriennes, soudanaises mais aussi des égyptiennes à faibles revenus. Plus qu’un emploi digne, Dawar Kitchen offre surtout à ces femmes la possibilité de s’intégrer socialement en transmettant leur héritage, comme l’explique la directrice générale de de la structure, Nada Al Shazly.

 

Comment est née l’idée de Dawar Kitchen ?

Dawar Kitchen est une initiative née au sein de Dawar pour l’art et le développement, une association où nous organisions des ateliers culturels et de bien-être pour les femmes réfugiées. Nous savions que le fait de faire de la nourriture ensemble leur procurait un grand soulagement, mais aussi un sentiment de connexion et de communauté. Sauf que lorsqu’elles devaient rentrer chez elles à la fin de la journée, elles faisaient toujours face à de nombreuses difficultés pour trouver un emploi durable. Nous nous sommes alors mis à la recherche de projets pour les soutenir économiquement, comme nous l’avions fait psychologiquement. C’est ainsi que nous avons commencé à vendre les mkhallal [مخلّل], des produits vinaigrés en conserve pour lesquels les femmes syriennes sont célèbres. Mais cela ne constituait toujours pas une source de profit suffisante et durable. Nous avons alors décidé de créer une cuisine communautaire où les femmes syriennes et égyptiennes en difficulté recevraient une formation professionnelle de cuisine et offrirait leurs services de catering pour des événements.

 

Posted by ‎مطبخ دوار Dawar Kitchen‎ on Friday, April 5, 2019

 

Pourquoi la cuisine comme outil d’empowerment ?

La cuisine syrienne est très populaire dans le monde et surtout en Égypte. Après le début de la guerre civile, beaucoup de syriens sont venus s’installer en Égypte et ceux qui ont commencé à faire des affaires dans la restauration ont bien réussi. De plus, la cuisine syrienne est réputée pour être saine, avec de nombreux plats qui peuvent satisfaire les besoins des végétaliens ou des végétariens, c’est la raison pour laquelle nous avons choisi de passer par ce biais. Nous travaillons avec des femmes syriennes sur les recettes traditionnelles qu’elles ont héritées de leur mère, nous essayons de les documenter et de les enseigner également aux femmes égyptiennes. Nous leur donnons aussi la possibilité d’être créatives en améliorant ces recettes ou en les modifiant pour répondre à différentes demandes. Nous adoptons vraiment une approche participative dans laquelle chaque femme peut innover. Dawar Kitchen n’est pas seulement un lieu de travail, c’est un espace auquel elles appartiennent et où elles se sentent en sécurité.
Cuisiner est aussi un moyen indirect de s’intégrer socialement, car lorsque les gens commencent à cuisiner ensemble, ils commencent à partager leurs histoires et ce processus de partage d’héritages personnels autour de la nourriture est très intéressant.

 

Posted by ‎مطبخ دوار Dawar Kitchen‎ on Wednesday, December 4, 2019

 

Comment la pandémie de coronavirus a-t-elle affecté votre activité ?

La pandémie a eu un impact énorme sur nous. Nous avons dû faire face à une chute dramatique de nos commandes lorsque la télévision égyptienne a commencé à parler du virus en Egypte et lorsque le gouvernement a imposé un couvre-feu. Nous avons soudainement vu l’annulation soudaine de tous les événements que nous avions sur notre calendrier. Nous avons donc dû trouver comment continuer à travailler dans ces circonstances extraordinaires et protéger notre équipe. Nous avons mis en place un système de transport privé aux femmes avec lesquelles nous travaillons, afin de les conduire de leur domicile à la cuisine sans qu’elles doivent recourir aux transports publics et être contaminées. Nous avons également mis en place des règles d’hygiène très strictes comme le port du masque obligatoire, le maintien d’un certain nombre d’employés dans la cuisine afin de maintenir la distance sociale, mais aussi le nettoyage de la cuisine plusieurs fois par jour. Pour compenser la perte de commandes auprès des entreprises et institutions, nous avons également essayé d’intensifier notre effort de marketing en nous concentrant sur les commandes de particuliers.