Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Dounia Mebtoul, la jeune Franco-Algérienne qui fait souffler un vent de solidarité sur la France

Dounia Mebtoul est une jeune française d’origine algérienne. Établie dans un 18ème arrondissement de Paris connu pour sa dimension multiculturelle, elle est co-fondatrice de la cantine du 18, et la Présidente de l’association Les Frigos Solidaires, qui vient en aide aux personnes dans le besoin, en leur permettant de se nourrir gratuitement et dignement.

La cantine du 18 est un tiers lieux qui se divise entre la restauration (une cuisine familiale élaborée par la co-fondatrice et sa maman), le spectacle, avec l’organisation d’événements en tous genres (concerts, projections de films), et l’associatif (la Cantine organise entre autres des cours de Français pour les réfugiés). Et justement, comme si la fibre associative était ancrée au plus profond de Dounia Mebtoul, la jeune gérante a décidé de passer à la vitesse supérieure en implantant le premier Frigo Solidaire de France.

 

Solidarité locale

Concept importé de Berlin, Les Frigos Solidaires consistent tout simplement en un frigidaire placé avec pignon sur rue dans lequel les commerçants et les habitants du quartier peuvent déposer plats et aliments afin que les personnes les plus démunies puissent se nourrir gratuitement et dignement. Seules restrictions : pas d’alcool, et les plats cuisinés ne peuvent l’être que par des commerces, les particuliers n’offrant aucune garantie sanitaire. Pour ces derniers, il s’agira plutôt de denrées venant de leurs propres frigos, une bonne façon de lutter contre le gaspillage alimentaire, une cause chère à la restauratrice.

Depuis son arrivée en 2017, le Frigo Solidaire de la rue Ramey a fait des émules. Aujourd’hui, on peut en trouver à Bordeaux, Strasbourg, Grenoble, ou encore Marseille. Au total, l’association en a installé 53, et planche en ce moment sur des accords qui devraient permettre d’en installer une vingtaine de plus d’ici à la fin de l’année.

 

View this post on Instagram

A la plus belle, adorable, admirable, attentionnée, bienveillante, généreuse, lumineuse, souriante, attachante et bien d’autres… Joyeux anniversaire Maman ❤️ Merci de nous rendre fières, de nous faire vibrer et de ne jamais oublier d’où on vient parce que sans toi La Cantine ne serait jamais devenue ce lieu de vie chaleureux, convivial où l’on s’y sent bien, comme à la maison. 7 années de rencontres, de joies, de rires, de partages, de larmes, d’échanges, de sacrifices parfois mais surtout la plus belle aventure qui soit et ce grâce à toi. Tu es devenue la maman, mama, mère adoptive, rayon de soleil, Imma, Don Malika du 18ème alors encore joyeux anniversaire. On t’aime ❤️

A post shared by LES FRIGOS SOLIDAIRES (@lesfrigossolidaires) on

Le partage, un héritage culturel ?

Dounia Mebtoul fait partie de la troisième génération d’immigrés, ses grands-parents étant venus en France après la guerre d’Algérie. Ces derniers, issus d’une famille nombreuses, ont inculqué aux leurs des valeurs de partage, d’échange, et de solidarité qui restent aujourd’hui gravées dans le quotidien de leur petite-fille. Le cheval de bataille de sa mère, avec qui elle travaille quotidiennement, a ainsi toujours été la lutte contre le gaspillage alimentaire. Une génération plus tard, Dounia a trouvé le moyen de joindre à l’utile à … l’utile, et d’en faire bénéficier les personnes les plus démunies.

 

Le confinement laisse des traces

“Depuis le début de la crise sanitaire, la demande a malheureusement grimpé”, constate Dounia Mebtoul. “Nous sommes passés d’une cinquantaine de bénéficiaires par jour à environ 80. Cela est dû au fait que de nombreuses personnes n’ont pas pu ou pas voulu justifier d’une baisse d’activité et de revenus auprès d’autres organismes tels que Les Restos du Coeur”. Si la jeune femme déplore, à raison, que son dispositif rencontre un tel “succès”, force nous est de reconnaître qu’il contribue à créer du lien social dans le quartier, entre les commerçants du voisinage, les riverains, et les bénéficiaires. Notre échange sera même interrompu par Angélique, une riveraine à la veille de ses vacances, qui se revendique fan du projet, venue déposer des aliments directement depuis son frigo.