Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Le rôle vital des récifs coralliens de la Mer Rouge

Une modélisation réalisée par KAUST révèle l’importance du rôle des récifs coralliens de la mer Rouge dans le cadre de la protection des côtes de l'Arabie Saoudite. Pour le Royaume et la beauté de ses littoraux mais également dans le cadre de construction d’infrastructures, sa préservation est devenue une priorité absolue.

Une étude fournie pour déterminer la hauteur des vagues

On savait les récifs coralliens au large des côtes saoudiennes particulièrement riches mais imaginait-on que ces derniers étaient à ce point indispensable à la vie de la région. Dotés d’une faune et d’une flore pléthorique, ces récifs, déjà prisés des amateurs de snorkeling de la région, ces derniers jouent un rôle vital dans la préservation de la diversité animale et végétale des alentours… mais pas que.

Les chercheurs de la KAUST – King Abdullah University of Science and Technology – ont voulu analyser, dans le cadre de la construction du projet pharaonique de la cité économique du Roi Abdullah, l’impact que peuvent avoir les fluctuations des marées aux alentours du site retenu dans le but évident de prévenir tout risque de catastrophes naturelles. C’est dans cet objectif qu’ils ont désiré modéliser les vagues de la Mer Rouge.

 

 

Ces données vont s’avérer particulièrement précieuses dans le cadre de l’élaboration du projet King Abdullah Economic City, qui prévoit la construction d’infrastructures côtières sur un terrain dont l’altitude est assez proche du niveau de la mer.

Les récifs coralliens, un atout autant écologique qu’économique

Fruit d’un travail de longue haleine de la part des chercheurs de l’université Saoudienne, l’étude de la KAUST a débouché sur des conclusions inattendues et ont consacré le rôle majeur des récifs coralliens situés au large des côtes. Bien que localisés à des dizaines de kilomètres des littoraux, ces derniers jouent un rôle de brise-lames chargés d’empêcher la formation de vagues trop importantes et trop hautes : ils sont des obstacles naturels aux vagues immenses qui pourraient découler d’une tempête ou de tout autre événement naturel malencontreux.

Au-delà de renforcer l’importance incontestable et incontestée de ces massifs rocheux situés en haute mer, les conclusions de l’étude consacrent leur rôle économique incontestable sur les projets de la région. En conséquence de la publication de cette étude, les protagonistes du projet King Abdullah Economic City ont pu abaisser la hauteur minimale du sol de sécurité des bâtiments de 4 mètres à … 2,3 mètres !

 

 

Cela peut paraître dérisoire dit ainsi, mais il ne faut pas oublier que ce genre d’équipement est extrêmement coûteux. Or, quant on sait que le projet KAEC chiffre à 90 millions de mètres cubes l’économie réalisée par cette découverte en matière de matériaux de remplissage, ce qui équivaut à une dépense de 500 millions de dollars, on a tendance à penser que cette étude valait la peine d’être menée.