Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Arabie saoudite : AlUla passe à la vitesse supérieure

La commission royale pour AlUla vient d’annoncer son nouveau plan pour le développement de la région. Une stratégie ambitieuse, à la hauteur des attentes du royaume pour ce qui constitue indéniablement l’un de ses atouts majeurs en termes d’attractivité du territoire.

Déjà considérée comme le “joyau de la couronne » du tourisme en Arabie saoudite, depuis peu ouvert à tous, même aux non-religieux, la zone d’AlUla, dans le Nord-Ouest du pays, abrite de prestigieux sites archéologiques datant de l’époque nabatéenne, tels que le grand tombeau de Qasr al Farid ou encore Jebel al Fil, la montagne aux airs d’éléphant, que les touristes ont le loisir de découvrir chaque année à l’occasion du festival Winter at Tantora.

Mais la commission vient de passer à la vitesse supérieure avec une série d’annonces fortes visant à faire d’AlUla le plus grand musée à ciel ouvert au monde, et une destination prisée des amateurs d’art, de culture, de patrimoine et de nature du monde entier.

 

Un projet de centre culturel à Jabal Ikmah.

Concrètement, à quoi s’attendre ?

Cela passe notamment par la création d’une infrastructure ambitieuse. Ainsi, la zone sera divisée en 5 districts, chacun avec une identité propre, de la vieille ville d’AlUla au territoire du roi antique Dadan, en passant par Jabal Ikmah, la montagne où siègent de nombreuses inscriptions nous indiquant comment vivaient les populations locales qui ont habité la zone avant notre ère, le district nabatéen, ou encore la ville historique de Hegra.

La culture à l’honneur

En outre, quinze nouveaux spots culturels verront le jour, avec notamment des musées, des galeries d’art et des centres culturels, ainsi que le Kingdoms Institute, un centre mondial pour la recherche archéologique consacré aux cultures et aux civilisations qui ont habité cette région pendant plus de 7 000 ans.

 

La nouvelle ligne de tram à faible émissions de carbone.

L’environnement au centre des préoccupations

L’implantation d’une ligne de tram à faible émissions de carbone est en cours, qui permettra aux visiteurs comme aux habitants de se déplacer à travers les différents districts d’AlUla, et de nouveaux hôtels, centres d’écotourisme et hôtels de luxe vont aussi voir le jour d’ici 2035, afin de proposer un éventail varié de solutions d’accommodation, le tout au sein de 10 millions de mètres carrés d’espaces verts, dans une oasis rajeunie avec la volonté de préservation de l’environnement qui anime la commission royale pour AlUla depuis son lancement.

À noter que lorsque la stratégie de développement d’AlUla sera achevée en 2035, 38 000 nouveaux emplois auront été créés pour une population de 130 000 habitants, tandis qu’AlUla contribuera au PIB du Royaume à hauteur de 120 milliards de SAR (32 milliards de dollars).

Alors, prêts à voyager dans le temps ?