Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Irak : des parapentes dans le ciel du nord

Le mont Korek, à quelque 120 km au nord-est d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, est devenu le lieu de ralliement des "mordus" de parapente.

Avec un calme retrouvé dans la région de Mossoul, les habitants peuvent à nouveau s’adonner à la pratique d’activités de plein air peu “conventionnelles”. C’est par exemple le cas du parapente, depuis la réouverture du Centre des sports aériens de Mossoul, et ce, pour le plus grand plaisir des mordus de sensations fortes.

Sur une vidéo tournée, on peut voir des novices s’exercer pour la première fois dans la région de Karamlech, heureux de pouvoir s’adonner à un sport différent de ceux plus populaires comme le football.

La passion comme moteur

Créé en 2008, l’Aéroclub d’Erbil compte aujourd’hui plus de 40 adhérents, dont un nombre grandissant de femmes. Et heureusement, car si les sports plus traditionnels reçoivent habituellement des subventions de l’Etat, le parapente, encore relativement nouveau en Irak, ne peut vivre que grâce à la passion de ses adeptes. En effet, les créateurs du club ont financé de leur poche les trente parapentes et le matériel de sécurité, ce qui peut représenter jusqu’à 5.000 dollars (4.100 euros) par parapentiste.

En tout cas, à en juger par leur enthousiasme, il a de beaux jours devant lui, surtout si l’on en croît ces propos d’un jeune Kurde interrogé par l’AFP : “ »Il faut du courage, de la force physique et beaucoup de préparation mentale. C’est à la fois de l’aventure, du danger et du plaisir », résume le jeune homme. C’est un sport magique. Je me sens si heureux quand je décolle ».