Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Maroc : des diamants retrouvés dans une météorite

Inauguré en février 2016, le Musée universitaire des météorites situé dans la ville d’Agadir au Maroc renferme plusieurs trésors. Affilié à l’université Ibn Zohr, qui dispense plusieurs formations passionnantes en droit, en lettres ou encore en sciences humaines, ce qui en fait un acteur essentiel de développement dans la région, le musée est sous la direction du professeur et géologue spécialisé en météorites, Abderrahmane Ibhi. On peut y contempler des météorites marocaines, comme Tissint, tombée directement de Mars dans la région de Tata au Sud Est du pays, et étrangères comme la super-bolide russe de Tcheliabinsk. Une nouvelle découverte a été réalisée récemment, qui concerne une autre sorte de cailloux...

Parmi les 120 météorites de diverses catégories exposées au sein du musée, c’est sur la NWA 12606 que cette fabuleuse découverte a été réalisée. Cette dernière était exposée au Musée d’Agadir depuis deux ans, avant que des spécialistes marocains, dont le professeur Ibhi, et leurs homologues italiens décident d’une analyse plus approfondie.

Un réel patrimoine céleste

Cette pierre, retrouvée en 2018 dans la région de Drâa-Tafilalet est extrêmement importante pour la science : en effet, ces fragments d’étoile sont parmi les seuls éléments capables de nous offrir un aperçu de l’histoire de l’Univers. On estime sa formation à quatre milliards six cent millions d’années soit quasi en même temps que le Soleil et les planètes ! Classée dans la famille des achondrites primitives, et plus particulièrement dans la sous-catégorie des Ureilites, des pierres très rares qui représentent 0,6% de toutes les chutes, elle dispose d’une composition minéralogique très particulière. Les Ureilites tirent leur nom du village russe Urey, où une météorite semblable a atterri en 1886.

Plusieurs analyses très méticuleuses ont été réalisées sur la roche avant de découvrir ces minuscules diamants, incrustés entre différents composants (de taille millimétrique!) tels l’olivine (à 90%), le pyroxène (à 5%) ou encore le graphite (à 5%).

Un phénomène scientifique rare

Mais comment des diamants se retrouvent-ils dans l’univers ? La formation de cette pierre précieuse provient en fait de l’impact violent de l’astéroïde qui s’écrase sur la Terre, en fendant l’atmosphère : en raison de la chaleur et de la pression extrêmement intenses, le graphite solide contenu dans la roche se change en diamant. Plusieurs conditions sont requises pour cette transformation, à savoir une température s’élevant au dessus de pas moins de 2000°, une pression atmosphérique d’au moins 30 GPa (Gigapascal) et d’un temps de choc assez long (quelques secondes) pour permettre la formation du diamant.

Tous les éléments ont été réunis et ont donc changé NWA 12606 en pierre encore plus rare et encore plus précieuse.

Cette découverte passionnante pourra peut-être pousser certains pays arabes à mieux considérer ces trouvailles comme de réels atouts culturels et des enrichissements de leur patrimoine, plutôt que d’en tirer profit par la vente, comme l’atteste la présence d’environ 1700 échantillons d’étoiles marocaines dans des musées étrangers, dispersés à travers le monde.