Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Mostra de Venise : Déjà trois films arabes à l’affiche

Dès la rentrée des vacances d’été, le 1er septembre prochain et pendant dix jours,  la Mostra de Venise, ou festival international du film de Venise, aura lieu pour sa 78e édition. L’objectif de cet évènement ? Faire connaître et promouvoir le cinéma international sous toutes ses formes, en tant qu'art, divertissement et industrie, dans un esprit de liberté et de dialogue. KAWA en profite pour vous faire découvrir les films arabes qui y seront présentés. 

Le festival international de Venise vient tout juste de dévoiler les 21 premières mondiales à l’affiche pendant l’évènement. Et c’est sans surprise qu’y figurent trois œuvres en provenance  du monde arabe.

Dans la section Horizons d’abord, on retrouve Amira de Mohamed Diab. Il s’agit d’un drame sur le passage à l’âge adulte tourné en Jordanie, mais dont l’action se déroule en Palestine. Plus précisément, ce drame, inspiré de faits réels, met en scène le trafic de sperme par des prisonniers palestiniens dans des prisons israéliennes.

Costa Brava, la première œuvre de la réalisatrice libanaise Mounia Akl, associe l’acteur palestinien Saleh Bakri à l’actrice et réalisatrice libanaise Nadine Labaki. Le synopsis de ce succès du 7e art nous met déjà l’eau à la bouche : la famille Badri vit isolée dans les montagnes libanaises à l’écart du reste du pays. Lorsque le gouvernement prévoit de construire une grande décharge sur leurs terres, les tensions cachées au sein de la famille surgissent. 

On vous laisse visionner le film avant de dévoiler la fin !

Enfin, Republic of Silence de la syrienne Diana El-Jeiroudi est un récit personnel de son enfance et, 40 ans plus tard, de son exil à Berlin. Dans ce film à forte charge émotionnelle, Diana raconte à la première personne les chemins qui l’ont menée à Berlin. Elle explore la façon dont elle a grandi en intériorisant un monde de silence et d’oppression, en négociant son existence et son bien être face à un ennemi sans cesse changeant. Et nous découvrons comment, d’abord témoin, puis engagée, elle s’est révoltée et affirmée, et comment le cinéma lui a sauvé la vie.

Rendez-vous à la rentrée pour en savoir plus