Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Covid-19 : Les pays du Golfe inspirent confiance aux investisseurs malgré la crise

Les pays du Golfe devraient enregistrer de gros bénéfices cette année, grâce aux possibilités d'investissements étrangers. L’impact de ces décisions sur le monde - et sur l’environnement- pourrait en outre s’avérer énorme.   

Après avoir enregistré une chute collective de 6 % du PIB, le FMI prédit que les pays du Golfe connaîtront une croissance économique de l’ordre de 2,3 % au cours des 12 prochains mois. La reprise des échanges et du commerce, ainsi que la réouverture des économies, s’annoncent très prometteuses pour la région, en particulier depuis l’arrivée des nombreux vaccins destinés à inoculer la population arabe. Nonobstant la hausse des prix du pétrole brut, les pays du Golfe se montrent déterminés à poursuivre leur diversification économique, qui ne fera que s’accélérer avec le temps.

Les investisseurs semblent en tout état de cause enthousiastes à l’idée de poursuivre dans cette voie, car les secteurs des transports, du commerce, de la technologie, de la santé, du tourisme et des énergies renouvelables continuent d’attirer les regards des fonds d’investissement étrangers. Les fonds souverains régionaux ont également continué à jouer un rôle important sur les marchés, en rachetant les actions des entreprises dont le cours a chuté en raison de la pandémie. Cela signifie que des investissements judicieux entraîneront une valorisation plus élevée une fois que ces actions auront retrouvé leur place. Le Fonds d’investissement public d’Arabie saoudite devrait passer de 400 milliards à plus de 1 000 milliards de dollars d’ici 2025, grâce à des investissements ciblés et à la privatisation de Saudi Aramco. Grâce à cela, 70 % de ses investissements sont sur le point d’entrer dans l’économie nationale, à raison de 40 milliards de dollars par an. Les fonds souverains des pays du Golfe s’intéressent de plus en plus aux entreprises technologiques et aux jeunes pousses. L’Abu Dhabi Investment Office a récemment ouvert huit nouveaux bureaux, et l’Abu Dhabi Investment Authority s’intéresse de plus en plus aux entreprises technologiques et aux jeunes pousses. Le PIF saoudien a en outre investi un milliard de dollars dans le constructeur californien de voitures électriques Lucid et entamé des pourparlers pour ouvrir une usine près de Djeddah. 

De nouveaux investissements pour un monde plus propre

Les nouveaux investissements dans les matières premières et les technologies durables sont sur le point de changer le monde. Dubaï devrait par exemple devenir le plus grand producteur mondial d' »aluminium solaire ». Normalement, dans les pays sans grande capacité hydroélectrique, l’aluminium – dont la production nécessite beaucoup d’énergie – serait produit à l’aide de centrales électriques produisant des émissions de carbone, ce qui contribue en grande partie aux émissions de CO2. Or, le pays vient de conclure un accord avec des fabricants locaux pour passer aux panneaux solaires, ce qui permettrait de produire plus de 40 000 tonnes d’aluminium par an tout en éliminant complètement les émissions de gaz à effet de serre normalement associées à sa production.

Les années 2020 s’annoncent prometteuses pour les pays du Golfe, avec des ramifications positives pour le monde entier dans les prochaines années en cas de succès !