Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

L’espace: le futur des EAU?

L'intérêt pour l'espace a augmenté rapidement ces dernières années dans de nombreux pays. Surtout aux Emirats Arabes Unis qui se sont fixés des objectifs ambitieux pour les 10 prochaines années avec des missions sur la Lune, sur Mars et au-delà. Une occasion de briller dans le domaine des sciences et aussi de diversifier leur économie post pétrole.

L’industrie spatiale pourrait devenir l’un des secteurs les plus prometteurs des EAU et un pilier clé de la croissance économique au cours des 50 prochaines années. Un livre blanc publié par la Chambre de commerce et d’industrie de Dubaï a même identifié plusieurs domaines de l’économie spatiale qui offrent au pays un grand potentiel d’investissement, allant de l’exploitation minière, en passant par les colonies, le droit, l’écologie, le tourisme, les entreprises et les académies qui comprennent la préparation des astronautes pour les vols commerciaux et le développement et la fabrication de composants de vaisseau spatial.

En 2016, le pays a développé sa première politique spatiale nationale avec pour mission de positionner les Émirats arabes unis en tant que leader dans l’espace. En septembre 2019, le premier émirati a été envoyé sur Mars dans le cadre d’un équipage de trois membres qui s’est envolé sur une fusée Soyouz du Kazakhstan pour une mission de huit jours, devenant ainsi le premier pays arabe et la cinquième nation à atteindre la planète rouge. Un succès qui a été un vecteur de transformation économique et sociétale, et qui ouvre la voie à de nouvelles opportunités d’investissement et à des partenariats entre les secteurs public-privé qui pourraient améliorer la compétitivité économique du pays et sa position en tant que chef de file mondial de l’innovation.

Un espace d’innovation et de transformation économique

La sonde Hope Probe ou Al-Amal en arabe, est un projet de 200 millions de dollars qui a été lancé depuis la station spatiale japonaise Tanegashima le 20 juillet 2020, afin d’étudier et de collecter des données sur l’atmosphère de la planète rouge. En plus d’attirer des investissements étrangers, les EAU voient en cette mission, une opportunité de renforcer l’avantage concurrentiel du pays dans divers secteurs économiques, comme l’innovation, la technologie ou encore  les domaines scientifiques avancés. Une Équipe émiratie a même développé trois instruments hautement spécialisés parmi lesquels une caméra pour photographier Mars et étudier sa basse atmosphère, un spectromètre ultraviolet qui détectera les niveaux de monoxyde de carbone et d’oxygène de la planète, et un spectromètre infrarouge qui mesurera la poussière martienne, les nuages ​​de glace et l’eau. Une avancée technologique majeure qui devrait confirmer le positionnement des EAU comme un leader dans le secteur spatial. Ce projet comprend également la supervision ainsi que  la réalisation de la première ville scientifique sur Mars, dans le cadre du programme 2117 Mars. Mais cette conquête spatiale ne s’arrête pas là puisque le centre spatial Mohammed bin Rashid des Émirats arabes unis prévoit également d’envoyer la première mission arabe avec des astronautes émiratis sur la lune d’ici 2024, un projet s’inscrit la nouvelle stratégie du pays 2021-2031.

Créer une nouvelle génération de scientifiques de l’aérospatiale

Le gouvernement des Émirats arabes unis s’est récemment lancé dans différentes campagnes afin de développer son secteur des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques. Il est le premier pays à avoir son propre ministère de l’intelligence artificielle, et l’essor de son programme spatial croissant en est une autre manifestation. Les responsables émiratis comptent bien sur cette mission sur Mars pour susciter l’intérêt pour la science et l’exploration spatiale parmi les jeunes du pays, permettant ainsi la croissance dans des secteurs qui seront cruciaux pour un avenir post-pétrolier. L’un des domaines clés de ce programme est également le lancement du Programme de découverte de l’espace arabe, qui vise à mutualiser les connaissances et expertises acquises en sciences spatiales en collaboration avec les différentes universités et institutions arabes. Un moyen de prévenir la fuite des cerveaux et d’encourager les jeunes scientifiques émiratis à rester dans leur pays tout en participant au développement d’une conquête spatiale arabe.