Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Quand la calligraphie offre ses lettres de noblesses aux stylistes

Par définition, la calligraphie est une façon de dessiner et de former les caractères de l’écriture manuscrite. Son utilisation est notamment vue comme l’une des composantes les plus caractéristiques des arts de l'Islam. Si cette écriture a une place évidente et historique dans les livres et sur les murs, sa popularité a aussi, et depuis quelques années déjà, été mise au service des plus grands stylistes internationaux. 

Du simple  foulard aux robes de haute couture, de nombreuses marques locales et internationales se servent désormais des traits calligraphiques et artistiques orientaux pour agrémenter leurs créations. Pour le créateur du magasin conceptuel THAT, Meera Toukan, cette popularité tient notamment au fait qu’au-delà d’être un art, la calligraphie “est un héritage”’.On peut facilement jouer avec pour le rendre plus adapté au consommateur moderne. »

Un art au service de la diversité et de l’unité

Ces designers estiment que la calligraphie arabe est une forme d’art inspirante et unificatrice, ainsi qu’un reflet intime des croyances et des racines culturelles. 

C’est d’ailleurs pour cette raison que la calligraphie arabe est de plus en plus présente dans la mode, non seulement au Moyen-Orient mais aussi en Occident, où fleurissent des marques telles que Zidouri, qui présente des broderies arabes sur des vêtements de ville et des bijoux, ou Canava, une marque de Nisreen Krimed, qui fabrique, à la main etLe  à Dubaï, des mousselines couvertes de calligraphie superposées à des impressions de journaux et à des cartes de Damas et de Jérusalem.

Alors que certains créateurs expérimentent la superposition des tissus, d’autres réfléchissent aux significations superposées de la calligraphie arabe. A titre d’exemple, Nawal Masri, fondatrice du label streetwear Exhale, collabore depuis peu, un calligraphe arabe qui utilise le pseudonyme illm.

La marque dessine des phrases arabes dans divers thèmes typographiques sur les vêtements, souvent liés à des événements d’actualité. Sa dernière collaboration avec la calligraphe Diaa Allam, par exemple, représentait une ode à la mission Mars des Émirats, et comportait les mots « rien n’est impossible » en arabe.

Un calligraphe au service des plus grandes maisons de haute couture 

D’ailleurs, certains calligraphes de profession développent désormais leurs talents au profit des plus grandes marques

Nicolas Ouchenir en fait partie. Pour lui, de nombreuses maisons se sont rendu compte que l’écriture, se faisant rare et exclusive, suscite le désir : Le mot calligraphié est une signature au sens fort. Plus qu’une dimension, c’est une direction artistique dont il est question”. Ainsi pour Berluti par exemple, les lettres sont simples et masculines. À l’inverse, Versace préférera mettre en scènes des caractères pleins et déliés tandis que la maison de haute couture Margiela gardera un esprit beaucoup plus anglais. 

Un style oriental à l’influence internationale 

Si la calligraphie arabe trouve naturellement un écho auprès des locuteurs de cette langue, tous les designers se disent heureux de voir que leur travail attire également des clients internationaux. 

Pour Meera Toukan, la calligraphie inscrite sur ses vêtements « laisse le consommateur désireux d’en savoir plus sur la culture, les normes et le patrimoine« . 

Des calligraphies, donc, sur-mesure qui savent répondre à l’histoire et la profondeur de chaque marque dans une ère où tout est presque devenu digital