Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Arabie saoudite : Les femmes s’engagent contre le virus

Au-delà des efforts médicaux impératifs, les mouvements populaires et les actions de sensibilisation jouent un rôle important pour aider les communautés à se maintenir à flot face à la pandémie de coronavirus. En Arabie saoudite, plusieurs organisations en faveur de l’autonomisation des femmes ont pris des initiatives notables en réponse à la crise, en ciblant les ménages et les personnes défavorisées sur le plan socio-économique.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans la plupart des pays du monde, les personnels soignants sont composés à 70 % de femmes, faisant d’elles la majorité des professionnels en première ligne de la lutte contre le COVID-19. Pour aller plus loin, de nombreuses femmes, dans des pays tels que l’Arabie saoudite, mènent des initiatives visant à apporter une aide aux familles qui souffrent le plus de cette crise.

Organisation à but non lucratif Al Oula

En tant que première association à but non lucratif du Royaume à lutter contre la pauvreté, Al Oula est un pionnier dans la mise en place de services sociaux pour les familles à faibles revenus à Djeddah. Son engagement à aider les enfants à atteindre leur but et à acquérir une autonomie à long terme s’est encore renforcé depuis l’apparition du virus.

Dirigée par des femmes, l’organisation est dirigée par Dania Al Maeena. Anciennement à la tête de l’association Zahra contre le cancer du sein et actuellement coprésidente du groupe C20 Local2Global, Al Maeena est également une militante du sport et la co-fondatrice de l’Académie sportive unie des femmes et des jeunes de Riyadh.

La dernière campagne d’Al Oula, « Alnass Libaed » (Les gens sont les uns pour les autres), a permis de venir en aide à 800 familles jusqu’à présent. Elle a aidé 4 000 bénéficiaires en leur livrant eau, dattes, ainsi que divers plats préparés offerts par des restaurants, ou encore des jouets pour enfants. En outre, ils ont dispensé des cours en ligne sur les techniques d’hygiène dans l’espoir de freiner la propagation du virus.

Société saoudienne pour le TDAH

Présidée par la princesse Nouf bint Mohammed bin Abdullah Al-Saud, cette association à but non lucratif a redirigé ses programmes vers une plateforme en ligne gratuite publiant un flux de contenu centré sur la crise actuelle et sur la manière dont les personnes atteintes de Trouble de déficit de l’attention / hyperactivité (TDAH) peuvent mieux faire face au stress de la pandémie.

Honayda Serafi, une styliste locale et membre du conseil d’administration de la société saoudienne pour le TDAH, a précisé à Arab News l’importance du projet. Au milieu de la crise médicale, et par conséquent socio-économique, « les femmes sont aux prises avec des problèmes conjugaux et de sommeil, des problèmes juridiques et de loyer, une perte de revenus, des difficultés d’accès à la nourriture et à l’eau, et la scolarisation de leurs enfants à domicile ».

Dans l’espoir de venir en aide aux familles en détresse, l’association est allée au-delà de son aide habituelle et a fait don de 600 ordinateurs portables aux enfants dans le besoin, tout en fournissant aux ménages nécessiteux des masques, des produits d’hygiène et une aide financière par le biais d’organisations caritatives locales.

« Imaginez que vous deviez vous occuper de quatre enfants et de parents âgés, ainsi que d’un mari à la maison qui est sans travail », a-t-elle poursuivi. « C’est beaucoup de pression pour ces femmes ».