Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Les pays du monde arabe utilisent l’AI pour lutter contre le Covid-19

En cette période de crise sanitaire, l’intelligence artificielle prouve qu’elle peut avoir un impact largement positif sur notre société… Des robots sont en effet largement utilisés dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, notamment au Moyen-Orient.

Arabie saoudite

Le complexe médical du roi Abdallah à Djeddah a récemment introduit un robot dans l’hôpital pour aider le personnel à traiter les patients infectés par le COVID-19. Les caméras haute définition du robot examinent et diagnostiquent avec précision les patients dont l’infection par le coronavirus est confirmée ou suspectée. Au-delà des consultations médicales, la machine qui marche et parle lit également les signes vitaux, prend des clichés radiographiques et garde une trace du traitement de chaque patient, puis est accessible de n’importe quel endroit grâce à un smartphone.

Une autre tâche qui a été confiée à l’outil d’intelligence artificielle est la stérilisation. Avant que la machine ne quitte la chambre d’un patient infecté, elle effectue une procédure de stérilisation en profondeur pour préparer le moment où un médecin humain doit entrer dans la chambre pour des tests supplémentaires et de l’aide.

TunisieTunisian doctors coronavirus

« Des étudiants, des enseignants et des médecins hospitaliers ont conçu un prototype [de respirateur] qui fonctionne », explique Aref Meddeb, directeur de l’école d’ingénieurs de Sousse, au sud de Tunis, « c’est la première fois que cette machine est fabriquée en Tunisie. Cela prouve qu’il y a un réel potentiel ici ».

Ses étudiants ont conçu une machine d’oxygénothérapie, mise au point grâce à l’intelligence artificielle. Un modèle qui sera ensuite fabriqué localement, à la demande du gouvernement. D’autres chercheurs tunisiens ont mis au point une conception simplifiée de respirateur composée de composants imprimables en 3D et d’articles faciles à acheter. Cette conception facile d’accès pourrait servir de modèle aux autres pays qui manquent de matériel médical pour le fabriquer eux-mêmes. Nous utilisons tout ce qui est disponible en « open source ». Cette crise nous montre que nous pouvons être plus autonomes, » souligne Khalil Allouch, un étudiant en ingénierie impliqué dans un autre projet local de respirateurs.

 

À l’hôpital Mami de l’Ariana, près de Tunis, l’entrée de l’unité de soins intensifs est réservée aux patients atteints de Covid-19.

En ce qui concerne le diagnostic, un outil d’intelligence artificielle également développé dans une école d’ingénieurs tunisienne est actuellement en cours de validation par le gouvernement. Son objectif ? Mesurer instantanément la probabilité d’infection d’une personne par un coronavirus à partir d’une scintigraphie pulmonaire. S’il est approuvé, il pourrait être d’une grande utilité dans les communautés marginalisées qui manquent d’installations médicales capables d’effectuer des analyses sanguines.

Émirats arabes unis

Le gouvernement émirati a commencé à utiliser l’intelligence artificielle pour limiter le mouvement des résidents, principalement en contrôlant les permis requis par les résidents quittant leur domicile dans le centre d’affaires de la région, Dubaï.

Les forces de l’ordre utilisent un programme appelé « Oyoon » qui fait appel à un réseau de caméras avec reconnaissance faciale, vocale et de plaques d’immatriculation pour appliquer les mesures de confinement nécessaires. Les informations sont transmises à une base de données pour être ensuite recoupées afin de déterminer, par exemple, si un résident est employé dans un secteur vital ou s’il est en possession d’une attestation qui légitimerait sa présence à l’extérieur.

Bahreïn

Grâce à une application appelée « BeAware », les Bahreïnis peuvent facilement suivre la propagation du virus. L’outil d’intelligence artificielle recueille et rassemble une longue liste de données pour rendre les alertes aussi précises et instantanées que possible, dans l’espoir de limiter la diffusion des cas de Covid-19 dans tout le pays du Golfe.

« L’enregistrement sur BeAware est obligatoire pour les personnes en quarantaine, alors que les personnes non en quarantaine peuvent choisir de s’enregistrer », a déclaré Mohammed Ali AlQaed, directeur général de l’Autorité de l’information et de l’e-gouvernement à Bahreïn, à la chaîne d’information américaine CNBC.

Nous n’avons pas encore trouvé de remède pour le virus lui-même, mais le recours à l’intelligence artificielle s’est révélé être d’une grande aide pour le personnel médical dans le monde entier et devient incontestablement bénéfique pour assurer la sécurité des civils.