Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Le Liban lance sa première voiture électrique

L’entreprise Electra a pour objectif de révolutionner le marché automobile en termes de  prix, de performance et de classe. Pour y parvenir, c’est avec fierté que son fondateur canado-palestinien Jihad Mohammad a dévoilé la sortie de sa première voiture électrique, commercialisée dès juillet prochain.

Baptisé Quds, nom arabe pour la ville sainte de Jérusalem, cette voiture, assemblée au Liban, est bien déterminée à bousculer le marché libanais de l’automobile.

Une inauguration attendue et remplie d’émotions pour ses concepteurs 

Quds va conquérir le monde”, a déclaré la chargée de communication de la société, en fondant en larmes. Et ce n’est pas la seule à penser cela. L’ensemble des employés, présents lors de l’inauguration, affichaient de grands sourires à la vue du bolide.

Il faut dire que Quds est un motif de fierté pour le Liban. 100 % libanaise et 100 % électrique, le véhicule est, selon son créateur, Jihad Mohammad, “un rêve devenu réalité” pour le Liban.

Personne ne nous a crus, mais nous sommes là” a-t-il ajouté alors que beaucoup ne croyaient pas à l’aboutissement de ce projet du fait de la crise économique que traverse le pays et de son instabilité politique et régionale.

Une voiture sur la route de la transition énergétique

Respectueuse de l’environnement et abordable pour un consommateur moyen, cette voiture révèle le désir de ses concepteurs à faire accélérer la transition écologique sans pour autant compromettre la conception et les performances automobiles

Avec une autonomie oscillant entre 250 et 400 kilomètres, une batterie dont la capacité grimpe à  45 kilowattheures, et une puissance de 240 chevaux, ce véhicule réussit à allier respect de l’environnement et puissance d’une voiture à moteur à combustion. Si la batterie, pièce maîtresse de Quds, est importée en pièces détachées, elle est totalement assemblée au Liban, en usine. 

Une voiture à destination d’un large panel de consommateurs 

« En observant le marché des véhicules électriques, nous avons constaté que les voitures électriques étaient soit très chères, soit peu attrayantes pour la clientèle. Ainsi, afin d’accroître l’intérêt des clients, nous avons décidé de concevoir et de construire une voiture qui serait qualifiée de super-voiture, tout en restant abordable pour nos clients disposant d’un budget modéré », déclare Jihad Mohammad. 

Son prix en entrée de gamme sera donc de 30 000 dollars, avec des facilités de paiement pour le Liban, en raison de la baisse du pouvoir d’achat et des restrictions sur l’accès aux avoirs en devises. Il pourra cependant s’élever à 70 000 dollars pour la voiture équipée de toutes les options

Ce prototype n’est que le premier d’une longue série et Jihad Mohammad espère bien ouvrir plus d’usines dans le pays afin de produire, d’ici 5 ans, environ 100 000 voitures. Un défi réalisable au cœur d’un secteur déjà bien avancé dans la transition énergétique.